Accueil Forums Débats Amour – Vie de couple – Vie sentimentale Doit-on être 100% sûr du choix du conjoint(e) avant le mariage?

  • Ce sujet est vide.
15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 18)
  • Auteur
    Messages
  • #722

    Bonjour

    J’ai un sujet assez intéressant sur la chose 😀 :
    Une étude américaine montre que 47% des hommes et 38% des femmes ont des doutes avant de se passer la bague au doigt

    Maïa Mazaurette wrote:
    Et les conséquences ? Pour les hommes, aucune. Pour les femmes, des tas : celles qui ne doutent pas sont 8% à être divorcées au bout de quatre ans de mariage. Mais chez celles qui doutent, on approche les 20% de divorce.

    Que pensez-vous de la chose? Dans un post Guardian disait que connaitre son futur mari ou sa future femme de plus 5 à 10% avant le mariage est déjà bien une chance :whistle:, qu’en est-il de l’assurance sur le choix de la personne?
    Est-ce que c’est une situation où on se dit, dès que les critères de choix sont respectés alors le choix est assuré? 😀

    #7316
    Smile
    Participant

    @krach-kun 6327 wrote:

    montre que 47% des hommes et 38% des femmes ont des doutes avant de se passer la bague au doigt[/B]

    cela ne me surprend pas, les doutes liés au mariage sont toujours présents avant de se passer la bague au doigt…

    les personnes changent … ce n’est qu’en partageant la vie avec la personne choisie qu’on saura plus sur elle, des qualités vont paraitre et des défauts vont se dévoiler, à nous d’assumer notre choix, les critères vont nous aider à fermer les yeux sur quelques défauts de l’autre 🙂 on va lui trouver beaucoup de qualités pour accepter un de ses défauts et la vie poursuit son chemin.

    #7322

    Socrate disait : « Connais-toi toi-même ».
    Le mariage intervient généralement au début de la vie d’adulte. Peu de personnes, voire aucune, n’a une réelle connaissance de lui-même à cet âge.
    Ni même en général à quelqu’âge que ce soit 😆
    Comment alors supposer qu’il serait possible de connaître son futur conjoint ? Cela me semble impossible.

    Par contre, je ne vois pas trop la relation entre la connaissance de l’autre, basée sur le raisonnement, et l’amour, basé sur les sentiments.
    Logiquement en tout cas, si l’on se marie c’est par amour et rien n’obscurci plus un jugement que l’amour. Il me semble donc également logique d’en conclure qu’on ne peut que très partiellement connaître sonfutur conjoint.

    De plus, si le mariage entraîne des doutes, ils ne sont pas forcément dus à l’autre, mais à la vie future dont on ignore généralement presque tout. À fortiori si les futurs époux n’ont pas vécu ensemble avant le mariage.

    #7317
    Prince
    Participant

    Pour ce qui est de mon cas (marié depuis 10 mois), lorsque la décision de demander sa main s’est imposé à moi, j’avais des doutes sur la vie de couple, ma responsabilité de mari, mes devoirs en tant que musulman envers ma femme etc… et une certitude : c’est elle.
    Les autres doutes ou je dirai appréhension sont tout naturel je pense. La peur de l’inconnue, l’incertaine du lendemain….

    #7311

    Merci pour le partage :D, en gros la certitude balaye les aprioris? 😀

    ça traduit une citation que j’aime bien 😀

    Si vous avez une raison de faire quelque chose qui vous rend heureux, alors n’essayez pas d’en trouver mille qui vous empêchent de le faire ….

    #7318
    Prince
    Participant

    Parfaitement d’accord avec toi frérot et cette citation. Ne pas trop tergiverser quand on a une certitude.
    J’aimais une femme à l’époque mais je savais du fait de son comportement (elle est super têtu) que nous ne ferions pas long feu dans un mariage. J’ai compris cela un matin (après longue réflexion). Je me suis posé la question de savoir pourquoi malgré les sentiments que je lui porte, pourquoi est ce que je me pose autant de question sur le fait qu’elle soit oui ou non la femme qui va partager le reste de mes jours? J’en suis arrivé à la conclusion qu’en mon fort intérieur, je savais que ça ne marcherait pas. En tout cas j’avais des doutes sérieux. Petit à petit le temps m’a donné raison et tragédie, l’amour qui nous unissait s’en est allé diminuant. Et voilà.
    Par contre pour ma femme, j’avais tout au long de ma prise de décision une et une seule certitude : elle est ma femme.

    #7323

    Tu sembles avoir eu, comme moi, la chance de trouver ton âme soeur, c’est un très grand bonheur.
    Cela ne signifie pas que tout ira toujours sans difficultés, la vie apporte son lot quotidien de problèmes qu’il faut résoudre, mais tant que vous tenterez de les résoudre ensemble ils ne feront que fortifier votre couple et votre amour.

    Deux « petits trucs » indispensables :
    1) ne jamais laisser l’orgueil gagner
    il faut savoir baisser pavillon quand on a tort, mais parfois aussi quand on a raison
    2) ne jamais se coucher fâché
    quelle que soit l’importance du problème, voire de la dispute, de la crise, tout doit impérativement s’arrêter à la porte de la chambre
    quitte à ne pas se coucher ou à remettre le problème, la discussion, au lendemain peu importe, mais jamais de « dodo à l’hôtel du cul tourné » !

    Avec ça, on peut aller loin 😉

    #7320

    Je suis archi totalement plus que d’accord avec le second point ( pardon pour cette réponse … mais je souhaittais le dire et appuyer le propos de Guardian )

    #7319
    Prince
    Participant

    @Guardian 6685 wrote:

    Cela ne signifie pas que tout ira toujours sans difficultés, la vie apporte son lot quotidien de problèmes qu’il faut résoudre, mais tant que vous tenterez de les résoudre ensemble ils ne feront que fortifier votre couple et votre amour.

    C’est vrai et les problèmes aussi petit qu’ils soient surgissent beaucoup plus tôt qu’on ne s’y attend.

    il faut savoir baisser pavillon quand on a tort, mais parfois aussi quand on a raison

    Exactement. Tu as beaucoup compris (on ne peut pas tout comprendre). Ici au Mali on dit :  » Allah ka aou founounh foh gnogokoh ». En gros on prie Allah que vos colères, vos mauvaises humeurs ne croise jamais genre quand je me fache, elle est calme et quand elle l’est moi je suis calme. Même quand j’ai raison.

    quelle que soit l’importance du problème, voire de la dispute, de la crise, tout doit impérativement s’arrêter à la porte de la chambre
    quitte à ne pas se coucher ou à remettre le problème, la discussion, au lendemain peu importe, mais jamais de « dodo à l’hôtel du cul tourné » !

    Ma femme est championne du monde dans ce conseil. Peu importe l’orage qui est passé, tout doit se tasser avant le lit conjugal. Rien à faire que ça et ce n’était pas mon habitude mais là je commence à m’y faire sinon même à l’apprécier.

    Avec ça, on peut aller loin 😉

    Merci des conseils

    #7321

    Maintenant, il ne reste plus qu’à assembler les deux pensées :

    Quote:
    Exactement. Tu as beaucoup compris (on ne peut pas tout comprendre). Ici au Mali on dit :  » Allah ka aou founounh foh gnogokoh ». En gros on prie Allah que vos colères, vos mauvaises humeurs ne croise jamais genre quand je me fache, elle est calme et quand elle l’est moi je suis calme. Même quand j’ai raison.

    avec

    Quote:
    Ma femme est championne du monde dans ce conseil. Peu importe l’orage qui est passé, tout doit se tasser avant le lit conjugal. Rien à faire que ça et ce n’était pas mon habitude mais là je commence à m’y faire sinon même à l’apprécier.

    Car lorsque « le problème » vient de son coté et que si elle ne dit pas son malaise mais que vous le remarquer, alors c’est à vous d’en parler avant que l’un des deux aille se coucher.

    (Bon après, cela dépend de la personne, mais si un cas où pour une raison ou une autre, elle ne souhaite pas en parler, alors il faut tout de même tenter un « forcing » (je n’apprécie pas dans l’idée mais cela en vaut la peine) afin que le problème / malaise soit éclaircie))

    (Toujours, je dis que c’est un des meilleurs conseil que je connaisse :))

    #7324

    L’idée est que tout problème, quel qu’il soit, quelle que soit la personne concernée, qu’il y ait eu ou non dispute, tout s’arrête à la porte de la chambre.
    C’est une image « la porte », mais cela veut dire qu’on ne se couche pas fâché. On oublie la discussion pour la nuit, quitte à la reprendre le lendemain. Et comme la nuit porte conseil (alors que la femme porte-jartelle) ça peut suffire à tout arranger.

    L’alternance de la colère chez l’un ou l’autre c’est pas mal non plus, mais ce n’est pas toujours le cas. Surtout quand on est jeune et impulsif. Donc il faut aussi savoir mettre fin à une dispute même quand les deux conjoints sont énervés. Ce n’est pas le plus simple 😆
    Et avec les années, on évite aussi de se prendre le chou pour des bétises qui auraient causé « un drame » quelques années plus tôt 😉

    #7312

    @Guardian 6692 wrote:

    L’alternance de la colère chez l’un ou l’autre c’est pas mal non plus, mais ce n’est pas toujours le cas. Surtout quand on est jeune et impulsif. Donc il faut aussi savoir mettre fin à une dispute même quand les deux conjoints sont énervés. Ce n’est pas le plus simple 😆
    Et avec les années, on évite aussi de se prendre le chou pour des bétises qui auraient causé « un drame » quelques années plus tôt 😉

    Je suis intéressé par ces points :mouarf:, comment mettre fin à une dispute même quand les deux conjoints sont énervés? :whistle:

    C’est sûr qu’avec les années on sait mieux gérer les situations qui auraient pu causer « un drame », le tout est d’arriver à acquérir ces années.

    Est ce que ce n’est pas une situation si on va plus loin dans la discussion qui risque d’amener à un cas ou quand bien même les deux conjoints ne vont pas ensemble ils essayeront de rester ensemble?

    #7325

    comment mettre fin à une dispute même quand les deux conjoints sont énervés ?

    il y en a forcément un qui doit baisser pavillon et tenter une autre approche pour désamorcer la crise. Il faut savoir mettre son orgueuil, sa « fièrté » de côté et ce n’est pas toujours facile. Ça demande beaucoup d’amour.
    Et on peut toujours se rappeler que c’est le plus intelligent qui cède, ça aide 😉

    Est ce que ce n’est pas une situation si on va plus loin dans la discussion qui risque d’amener à un cas ou quand bien même les deux conjoints ne vont pas ensemble ils essayeront de rester ensemble ?

    Possible, mais je n’y crois pas.
    Ça marchera peut-être un temps, mais comme cela demande des sacrifices et de l’amour, s’il n’y a pas d’amour…

    Après, on ne reste pas tous en couple pour les mêmes raisons. Cetains ont le bonheur de s’aimer l’un l’autre, pour d’autres un seul est amoureux et l’autre reste simplement par facilité ou pour ne pas rester seul.

    #7313

    @Guardian 6700 wrote:

    il y en a forcément un qui doit baisser pavillon et tenter une autre approche pour désamorcer la crise. Il faut savoir mettre son orgueuil, sa « fièrté » de côté et ce n’est pas toujours facile. Ça demande beaucoup d’amour.
    Et on peut toujours se rappeler que c’est le plus intelligent qui cède, ça aide 😉

    Pendant qu’il y en a un des conjoints qui se sacrifie ou qui cède pour désamorcer la crise, sur quoi il ou elle se basera pour savoir que ça servira à quelque chose? ça demande beaucoup d’amour mais qu’est ce qui dira qu’il y en encore? :whistle:

    #7326

    Il devient difficile de donner des réponses générales car la question devient trop précise.
    L’idée est qu’un des deux, au moins, doit faire le nécessaire pour désamorcer la crise.
    Ça peut être reconnaître son erreur, obliger l’autre à reconnaître son erreur, tout simplement « laisser tomber », il y a autant de solutions que de problèmes. L’essentiel est de savoir qu’en « baissant pavillon » il n’y a pas un vainqueur et un vaincu, mais deux vainqueurs.

    Quant à savoir si l’amour est toujours présent… Je suppose qu’on doit le sentir.
    Mais on dit aussi que le cocu est toujours le dernier au courant 😉

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 18)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.