Accueil Forums Coin littéraire Littérature Histoire d’une image Atelier d’écriture, Août 2011 : Que vous inspire cette image

Ce sujet a 3 réponses, 0 participant et a été mis à jour par  Prince, il y a 7 ans et 3 mois.

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Auteur
    Messages
  • #408

    Prince
    Participant

    Bonjour chers Comusafiens,

    La COMUSAF vous propose de participer à un atelier d’écriture dont le sujet doit tourner autour de l’imagine ci-dessous :
    [ATTACH=CONFIG]98[/ATTACH]
    A travers cette initiative, nous voulons permettre aux participants d’exprimer ici leur talent d’écrivain en herbe sur le thème du mois.

    L’atelier d’écriture est ouvert à tous les membres de la COMUSAF et toutes les œuvres sont les bienvenues. L’esprit de l’initiative n’est pas compétitif mais plus pour donner une chance à tout un chacun de développer et partager son talent de même que se soumettre à l’esprit critique des autres membres.

    L’atelier sera ouvert durant tout le mois d’Août. A la fin du mois, un nouveau dessin sera proposé pour un nouvel atelier.

    Vous trouverez ici Les règles à observer pour les ateliers d’écritures

    La COMUSAF vous souhaite un bon atelier d’écritures et faites vous plaisir avant tout…

    #4042

    Bonjour à tous,

    Je souhaite vous présenter l’histoire que j’ai écrit pour cette image.
    (Pour une fois que je réalise quelque chose dans un atelier, avant ma grande soeur :p ).
    Je vous en supplie, je serai trop heureux si quelqu’un d’autre pouvez écrire une histoire, pour cet atelier _o_



    J’aimerai tellement voir une plante dans ma vie.
    Malheureusement, cela était impossible. Depuis plusieurs générations, les humains vivaient sous la terre. Les derniers ayant vu le monde extérieur l’ont décrit comme un monde gris, désolé, rempli de poussière.
    On raconte, que nos ancêtres ont vécus sur une planète verte, rempli de végétations apportant la beauté.
    Personnellement, je n’arrivais pas à le croire. Comment ont-ils pu laisser tout cela disparaître? Si la beauté est telle que nos grands mères nous la racontaient, pourquoi ne pas l’avoir protégé? Au fond de moi même, j’étais en colère contre mes ancêtres.
    La vie n’était pas particulièrement difficile sous terre. Depuis le temps, nous avions réussi à aménager ce lieu. Nous avions construit des galeries dans le sol, puis des pièces, puis des maisons et autres bâtiments toujours plus grands. Nous avions sans cesse amélioré notre capacité à empêcher les effondrements. Au début c’était de simple piliers, puis nous avions trouvé un enduit spécial à mettre sur les plafonds pour qu’ils ne s’écroulent plus. L’air était acheminé par des tuyaux venant d’un bâtiment filtrant les particules du monde extérieur. La lumière arrivait par de gigantesques tunnels tapissés de miroirs. Ainsi, nous avions garder le cycle jour/nuit. Peut être même que c’était la seule chose que nous avions conservé de notre ancienne vie. L’eau provenait des infiltrations du plafond. Si nous creusions sous nos pieds, nous avions aussi accès aux nappes phréatiques. Ainsi, nous pouvions encore voir des puits. Pour la nourriture, nous en étions restés à élever des animaux, tels que les vers de terre et les taupes. Certains mangeaient même les fourmis.
    L’idée de vivre sous terre pour éviter le cataclysme avait été trouvé par un chercheur après observation des animaux tels que les fourmis. Il avait dit que si l’homme ne pouvait par partir au loin, dans l’espace, il devait partir au plus près, dans la terre. Il avait eu raison, car la recherche spatiale avait du être stoppée en parti à cause du cataclysme. Mais au fond de moi, je doutais que l’homme soit une espèce méritant encore la vie. En fait, les humains était la seule espèce vivant sur la surface à avoir survécu à la catastrophe. Dehors, il n’y avait que poussière.
    Pourquoi l’espèce ayant détruit toute la beauté passée de ce monde devrait vivre alors que toutes les autres sont mortes? Le monde était-il injuste ou, est ce pour nous faire regretter notre action? Je ne savais pas, j’étais là malgré moi.
    Pour passer mes journées, j’aimais écouter les vieilles histoires sur le monde d’avant. Lors du cataclysme, certains humains avaient réussi à préserver la connaissance du passé. Malheureusement, de multiples fanatiques avaient voulu tout détruire en annonçant le jour du Jugement Dernier. Ainsi, je consultais les livres, photos et vidéos qui étaient conservés à la bibliothèque. Ils n’étaient pas nombreux, mais déjà suffisant pour garder à l’esprit les trésors perdus.
    Le monde perdu semble si beau. Certains appelaient cette époque le Paradis. Lorsque je regardais ce monde vert, je découvrais un monde lumineux, resplendissants, remplis de taches multicolores. Depuis tout temps, les hommes avaient tentés de reproduire cette beauté, notamment dans les tableaux. Mais à une certaine époque, ils avaient perdu conscience de ce qui les entouraient. Même avant le cataclysme, ils avaient commencé à produire de la poussière, à détruire les plantes et les arbres. Maintenant nous étions sous terre.
    Le monde du dessous est si marron. Les hommes et femmes étaient perpétuellement tachés de terre. Beaucoup ne se lavaient plus, pour économiser de l’eau ou simplement car ils étaient trop fatigués d’enlever la terre collée. Les journées étaient longues car il ne se passe jamais rien. Le monde est inanimé, terne. Les plantes apportaient aussi du mouvement…

    Lorsque je n’étais pas à la bibliothèque, je passais mes journées à visiter mon ami, Eliot. Il était chercheur sur les fourmis. Il disait bien souvent, que si les fourmis nous avaient apporté la solution contre le cataclysme en se cachant sous terre, elles allaient aussi nous en apporter d’autres. Il aimait observer les fourmis et pouvait le faire pendant des heures. Personnellement, je trouvais ces petites créatures immondes. Eliot le savait et adorait m’embêter avec ça. Chaque fois que j’allais le voir, je lui demandais s’il a trouvé la solution. Il répondait toujours que non, mais que le futur appartient à ceux qui observent. En fait, je doutais qu’il trouve jamais quoique ce soit. Nous avions essayé de copier le moindre de leur comportement, quelque fois sans succès comme pour la mémoire collective, que nous en étions presque devenu fourmis. Je continuais à voir Eliot, car c’était aussi le seul qui arrivait à me distraire dans ce monde silencieux.
    Dernièrement, il avait entrepris de creuser d’autres galeries afin de trouver les fourmilières voisines. Je ne savais pas ce qu’il pensait trouver là bas, mais il était déterminé à le faire.

    Actuellement, je ne trouvais pas vraiment quoique ce soit qui m’amuse, Eliot était trop occupé avec ses fourmis et je n’avais pas envie d’aller à la bibliothèque pour voir un monde disparu. Je décidai donc d’aller me coucher.
    Quelqu’un tapota mon bras pendant mon sommeil. C’était Eliot. Doucement, je me réveillai. J’avais encore sommeil mais il me demanda d’ouvrir les yeux. J’aurai voulu dormir un peu plus. Il criait de joie et était tout excité. Je réfléchis à ce qui avait bien pu se passer, pour qu’il soit dans cet état. Il essaya de me l’expliquer, mais je n’arrivai pas à saisir le sens de ses mots. Je leva le doigt pour qu’il m’accorde quelques temps afin que je puisse totalement me réveiller. Il s’arrêta, mais peina à tenir à place. Je le voyais gesticuler dans la pièce. Au moment ou je baissa le doigt il reprit la parole.
    Pour la troisième fois, il me raconta qu’il avait trouvé la fourmilière voisine. Il me rappela qu’il avait mis au point une technique d’extraction d’une fourmilière pour l’observation sans en dégradé la construction et sans perturbé les fourmis. Il avait fait de même avec celle-ci et avait remarqué une salle bizarre, non utilisée par les fourmis. Cette salle était éloigné du centre de la fourmilière. C’était la première fois qu’il voit ce genre de salle et il n’en comprenait pas l’intérêt premier.
    Je lui demandai donc ce que contenait la salle. En guise de réponse, il me donna des boules que je n’avait jamais vu auparavant. Il ne savait pas non plus ce que c’était, mais il m’a dit que je pouvais les garder. J’observai les petites choses rondes avec beaucoup de curiosité, mais ne remarquai pas grand chose.
    Il ajouta qu’elles avaient été gardé légèrement dans la terre. D’après lui, les fourmis savaient ce que c’était. Peut être elles avaient oublié la présence de cette salle.
    Je lui fit remarquer qu’il m’avait réveillé pour cette histoire alors qu’il ne savait même pas ce qu’il m’apportait. Il haussa les épaules et repartit pour de nouvelles observations sur les fourmis.

    Maintenant que j’avais ces billes minuscules, je ne pouvais plus dormir. Je les faisais rouler dans ma main. Après les avoir regardés sous tout les angles, je remarquai qu’elle n’était pas totalement lisses. Malheureusement, je n’avais toujours pas la moindre idée sur ce que c’était.
    Comme Eliot m’avait dit qu’il les avaient trouvé dans la terre. Je décidai donc de prendre un peu de terre dans ma main pour y cacher les boules. Le sommeil étant totalement reparti, je m’assis et attendu avec mon trésor dans la main.

    Je repensais au passé. Aux images que j’avais vu du monde verdoyant. Les arbres, les feuilles, les fleurs, les plantes, tout cela étaient si joli. Plus rien n’existait. J’avais aussi vu des images et lu des textes, sur le début de la destruction du monde. Aucun autre document n’existait sur la suite, surement car les Hommes avaient tout abandonné, même le fait de conserver leur histoire. Ils avaient détruit la nature, déstabilisant leur écosystème. La Terre souffrait et n’eut plus la force de rendre le monde vert.
    J’étais en colère contre mes ancêtres. Je les détestais! Je les haïssais! Ils m’avaient interdit de connaître le paradis.
    En revoyant toutes ces images dans ma tête, les larmes coulèrent sur mes joues. Je ne pouvais pas retenir ces larmes. Elles glissèrent sur ma peau pour tomber sur mes mains.
    Je m’endormis en pleurant, à bout de force.

    Lorsque je me réveillai, je sentis quelque chose de doux sur mes doigts. N’étant pas habituer à ce contact, je sursautai et regardai immédiatement ce que c’était. Je vis quelque chose d’incroyable, de miraculeux. Je couru immédiatement voir Eliot. Je tendis ma main afin de lui montrer. Il fut tout aussi étonné que moi. Dans le creux de ma main, se trouvais une plante verte. Il n’y avait jamais eu autant de couleur dans notre vie. Du vert, la couleur perdue, se trouvait au creux de ma main. C’était le signe d’un nouveau commencement, la vie reviendrait sur cette Terre, c’était maintenant certain.

    #4043

    (Pour une fois que je réalise quelque chose dans un atelier, avant ma grande sœur ;).

    bah oui vous avez de la chance car votre Sœur n’a pas le plaisir d’écrire :aie:

    Je vous en supplie, je serai trop heureux si quelqu’un d’autre pouvez écrire une histoire, pour cet atelier _o_

    et bah justement je ne veux pas que vous soyez heureux …:mouarf:….;)

    #4040

    Smile va tenter pour la première foi :aie:

    Je vous raconte l’histoire d’un homme aimable, calme et honnête, souriant tout le temps si on se rapproche de lui on voit un grand espoir sur ses grands yeux, on peut même s’en servir comme miroir si l’on veut se voir optimiste, une personne qui n’a jamais perdu l’espoir, une personne qui ne voit que le coté bon de son autrui, il attire tout ce qui se rapproche de lui à condition qu’il soit bon, on va dire qu’il applique un champ magnétique (seuls les bonnes personnes peuvent y pénétrer) les autres ne font même pas attention s’il passe. Un jour il lui est arrivé un mal, un mal profond qui lui a vexé et lui a rendu malheureux, quel genre de mal peut rendre une telle personne malheureuse si ce n’est pas en relation avec son cœur? … alors c’était bien le cas, mais quel genre de mal peut rendre son cœur brisé ? … et bien il a perdu l’espoir … oui sa fiancée lui a désespéré, alors il a décidé de s’éloigner, malgré que sa fiancée n’a pas cessé de tenter à remettre tout comme avant mais lui, il a préféré quitter, il ne voulait pas (ou il ne pouvait pas) voir la femme de sa vie petite avec ses grands yeux, il n’a pas accepté le contraire et n’a pas cherché les raisons ni les conséquences de sa décision, il n’avait même pas le courage de lui apporter ceci, il ne pensait qu’à la fuite sans retour avec une tempête de larmes « ces larmes en silence ont causé sa perte de vue), il est devenu aveugle à force de pleurer, il a trouvé alors une autre raison pour ne pas retourner en arrière, il n’a pas accepté qu’elle sent de la pitié envers lui) elle! qui n’a jamais perdu l’espoir et n’a pas cessé de tenter pour le récupérer, elle ne savait même pas la vraie raison de séparation, elle a gardé un silence, heureusement qu’il existait une troisième personne dans ce scénario qui s’entend bien avec les deux et garde les secrets de chacun, un jour, il est parti voir cette personne sage et il lui a raconté un rêve :  » il a rêvé qu’il était assis sur terre dans le jardin de la maison, il ne savait même si c’était le jour ou la nuit, il faisait trop calme et le noir était partout, il s’est rappelé de son histoire et du jour où il a perdu sa vue, c’était son premier rêve après avoir perdu sa vue, il s’est senti mal et s’est éclaté de pleurer et pleurer sans cesse portant dans sa main quelques grains de la terre, le scénario était touchant, il était seul entrain de discuter avec les grains dans sa main avec l’idée que personne ne l’entend, il s’est rappelé de sa vie d’avant, il a raconté tous ce qui lui est passé et les grains étaient entrain de l’écouter avec impatience et ont découvert cette bonne personne et ses qualités, elles étaient touchées et ont décidé de l’aider, elles ont réagit de manière incroyable mais vraie, elles se sont servi de ses larmes pour s’arroser et ont activé leurs travaux en silence et l’homme pleure toujours sans cesse, d’un seul coup il a sentit quelque chose entrain de bouger dans sa main, même s’il est certain qu’il ne pourra rien voir s’il ouvre ses yeux mais quand même il les a ouvert… Et hop il a vu une plante entrain de naitre dans sa main et un rayon de lumière dans le ciel, il n’a pas croyait ce qu’il a vu  » il s’est réveillé avec cette immense joie mais il vient de découvrir que c’était un rêve, ses yeux sont toujours fermés, même s’il porte dans son cœur un sentiment profond de joie mais il a une grande peur d’ouvrir ses yeux et ne pas pouvoir regarder une autre foi, il était content d’avoir la chance de voir ce scénario de la plante qui naissait de sa main même si c’était un rêve, il l’a vu avec son cœur brisé mais cette foi il a accepté le fait qu’il est aveugle et a récupéré son espoir dans la vie à cause de ce rêve, ses yeux sont toujours fermés, il a décidé en fin de les ouvrir avec confiance et un grand espoir … il a ouvert ses yeux… en face de son lit dans le mur il a vu un cadre portant une image (une main qui tient une plante) c’était la même image qu’il a vu dans son rêve, il n’a pas fais attention, il croyait qu’il est toujours aveugle et que c’est un scénario imaginaire à cause de son rêve mais …. il voyait avec le cadre d’autre meubles de la chambre et d’autre trucs Oww il criait à haute voix  » j’ai récupéré ma vuuuuuuuuue, j’ai récupéré mon espoirrrrrrrrrrrrrrr….  » Ses parents ont entendu sa voix et courraient à sa chambre, il les a embrassé et leur raconté son rêve, tout le monde était content… après, il a demandé à sa maman : qui a ramené ce cadre ? la maman répond : « c’était le dernier cadeau de ton ex fiancée, elle voulait te faire une surprise, c’est elle qui a choisit cette emplacement (en face à ton lit) pour que tu pourras le voir tout le temps, personne n’a osé te le dire parce que c’était le jour de séparation et le même jour où tu avais perdu ta vue et personne n’a osé aussi lui rendre son cadeau puisque tu ne voulais pas qu’elle sache que tu es devenu aveugle « …. cette troisième personne était sage et douée d’une intelligence marquée, elle lui a dit : je te propose de revoir le sujet de ton ex fiancée, il répond : oublies, elle a surement changé d’avis et m’avait oublié, la personne sage demande : et toi, qu’en penses tu ? il s’est coincé et n’a pas trouvé de mots pour s’exprimer ou répondre, il a demandé un temps pour réfléchir, il est retourné chez lui et il a pris son temps pour examiner tout ce qui s’est passé et à la fin il a décidé de lui donner cette chance, quand il est revenu chez cette personne sage, il lui a apporté sa réponse, il avait une autre peur « le fait de ne pas savoir est ce que son ex fiancée tient toujours à lui ou elle l’a oublié? …. alors la personne sage lui a dit que son ex fiancée lui visitait tout le temps et ne lui a jamais oublié et n’a jamais perdu l’espoir …
    .
    .
    .
    si vous avez une autre fin ou une suite pour l’histoire je vous laisse la parole 🙂

    #4041

    Wouah !

    Tout d’abord, mille merci (même des millions).

    Votre histoire est trop belle!

    Merci :rose:, Merci :rose:, Merci :rose:, Merci :rose:, Merci :rose:, Merci :rose:, Merci :rose:, Merci :rose:.

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Fermer le menu