Accueil Forums Coin littéraire Art et science L’informatique

Ce sujet a 23 réponses, 0 participant et a été mis à jour par  Smile, il y a 6 ans et 8 mois.

10 sujets de 16 à 25 (sur un total de 25)
  • Auteur
    Messages
  • #6192

    Ok. Donc pour vous, un informacien est un utilisateur de l’informatique (soit, d’un ordinateur, car vous vous arrêtez à cet outil).
    (Pas le même informaticien que celui auquel je pensais). Par contre, maintenant, nous sommes tous informaticiens du coup 😀

    Devenir agressif … non pas spécialement. Sauf si on me coupe dans ma tache et encore.

    Quote:
    L’informatique en soi nécessite l’intelligence, l’exactitude, la perfection et la logique…

    Dans l’utilisation de l’outil, comme vous le dites plus tard, absolument pas. Un peu de mémoire pour retrouver des fichiers, mais je doute que cela soit utile en dehors 😀

    Quote:
    lorsque quelqu’un vous parle sans logique, comment réagissez vous?

    Cela pourrait être plus un symptôme d’un programmeur, qui lui, baigne dans la logique et les séquences. Un informaticien quelconque non.
    Et puis je connais un programmeur qui peut parler sans aucune logique (ou presque, car il sait comment il en arrive là 😀 )

    #6199

    Je parle de l’informaticien utilisateur de l’informatique et du programmeur aussi !

    #6202

    J’ai le sentiment que tout est mélangé dans cette discussion.

    Tout d’abord, qu’est-ce qu’un informaticien ?
    En effet, cette appellation est très vague et le dictionnaire se contente de nous dire : personne qui s’occupe d’informatique, passionné d’informatique.
    Bien, ce sont déjà deux concepts totalement différents, même s’il est possible de les combiner chez une même personne, on peut travailler dans l’informatique sans être passionné et vice-versa. Il sera par contre difficile d’être passionné sans toucher à l’informatique.
    Là, nous tombons sur une deuxième question : qu’est-ce que l’informatique ? Le dictionnaire est un peu plus complet, mais présente tout de même l’informatique comme un tout, ce qui est, à mon sens, une erreur.
    Si l’on reprend la définition de l’informatique, il s’agit de la science du traitement automatique et rationnel de l’information en tant que support des connaissances et des communications. Ceci est en effet assez complet, mais ne traite aucunement des nombreuses facettes de l’informatique.

    Quelques exemples pour illustrer mon propos :
    La plus banales des voitures récentes contient de l’informatique. Personne ou presque ne s’en soucie, hormis le constructeur et les réparateurs, et très peu de conducteurs ont conscience de la place prise par l’informatique dans leur véhicule. Demandez à quelqu’un les produits informatiques dont il dispose, il citera son smartphone, sa tablette, son PC, mais il y a peu de chances qu’il vous parle de sa TV, de son décodeur, de sa voiture, etc.

    Sur le strict plan de l’informatique liée aux ordinateurs, nous n’en percevons généralement, même nous qui sommes de la partie, qu’une infime partie. Qui a déjà vu un ordinateur ? Un vrai, pas un mini et encore moins un PC, une tablette, etc. Et je ne parle même pas d’avoir bossé dessus.

    Donc, nous n’évoquons ici qu’une infime partie de l’informatique, à savoir les PC, tablettes, et smartphones, gsm et autres ebooks.
    Il ne faut cependant pas oublier qu’il y a trois grandes divisions dans cette infime partie de l’informatique :
    1) la matériel
    2) les systèmes d’exploitation
    3) les logiciels
    Et ces parties ont elles-mêmes de nombreuses sous-divisions.
    La partie logicielle par exemple recouvre les concepteur et les utilisateurs. Et dans ces deux catégories, il y a énormément de cas différents, concepteurs Web, BD, applications, utilisateurs éclairés ou ignares, etc.

    Même dans « le milieu » tout le monde ne maîtrise pas ces trois divisions.
    Les personnes qui sont capables d’assembler un PC, d’installer et de « bidouiller » l’OS, de concevoir des logiciels et d’utiliser ceux des autres ne me semblent pas être la majorité.

    En conclusion, je dirais que la majorité de vos réflexions concernent plutôt les utilisateurs, professionnels et amateurs, et que les informaticiens sont bien autres choses et que ce terme recouvre tellement de personnes différentes qu’il serait vain de tenter d’en faire le portrait.
    C’est un peu comme quand on dit : le belge est buveur de bière et mangeur de frites… On oublie quelques détails 😉

    #6186

    @guardian 4817 wrote:

    En conclusion, je dirais que la majorité de vos réflexions concernent plutôt les utilisateurs, professionnels et amateurs, et que les informaticiens sont bien autres choses et que ce terme recouvre tellement de personnes différentes qu’il serait vain de tenter d’en faire le portrait.

    pour simplifier les choses et on peut appeler informaticien « une personne qui donne une solution informatique à un problème donné! que ça soit de la programmation, la réparation ou autres.

    cependant le but de la question est de citer ce que l’informatique emporte et apporte à l’informaticien.

    contrairement aux autres domaines (médecine, physique, astronomie…) on ne trouve pas des imprévus dans l’informatique, par exemple pour un programmeur, c’est lui qu dirige tout dans son logiciel, il crée les données dont il a besoin , prévoit les exceptions et les traite.

    en gros, je veux dire que l’abstraction fournie par la logique et le raisonnement informatique ont fait de l’informaticien une personne leader qui n’accepte pas une soumission moins logique, non?

    un médecin peut assurer à la fin d’une opération que le patient ne va pas tarder à mourir alors qu’il vit … et tout le monde ne sait pas pourquoi, quand et comment!

    #6203

    Je crois comprendre ton propos lorsque tu dis « on ne trouve pas des imprévus dans l’informatique » surtout avec le rapport fait à la médecine.
    Je ne partage cependant pas ton avis concernant l’absence d’imprévus en informatique. Certes, quelques lignes de code feront toujours la même chose, toutefois il n’y a pas que cela en informatique. Deux exemples simples :
    1) Le montage de cartes PCI sur une carte mère. Il y a plusieurs slots, tous PCI et, logiquement, les cartes peuvent être placées dans n’importe quel slot. Bah non ! Il y a des priorités à respecter et aucune littérature pour savoir ce qui fonctionnera et ce qui ne fonctionnera pas. Si ce n’est pas de l’imprévu… 😉
    2) La fourniture d’un logiciel « sur mesure » à un client. Inutile de donner des exemples, tout qui a pondu un code pour un tiers sait qu’entre la demande initiale et les multiples corrections, ajouts et modifications du projet initial, les imprévus sont légions 🙂

    Ce qui m’a justement séduit dans l’informatique c’est d’une part l’étendue du sujet, qu’il est impossible de cerner même en ne s’intéressant qu’à une fraction du domaine, et d’autre part justement le côté imprévisible de ce domaine, notamment par son évolution constante.

    #6193
    Quote:
    1) Le montage de cartes PCI sur une carte mère. Il y a plusieurs slots, tous PCI et, logiquement, les cartes peuvent être placées dans n’importe quel slot. Bah non ! Il y a des priorités à respecter et aucune littérature pour savoir ce qui fonctionnera et ce qui ne fonctionnera pas. Si ce n’est pas de l’imprévu…

    Sauf qu’un électronicien pourra vous expliquer le pourquoi. Ce n’est pas de l’imprévu, c’est juste que vous n’avez pas les connaissances nécessaires pour le comprendre (et cela pourrait servir de métaphore).

    Quote:
    2) La fourniture d’un logiciel « sur mesure » à un client. Inutile de donner des exemples, tout qui a pondu un code pour un tiers sait qu’entre la demande initiale et les multiples corrections, ajouts et modifications du projet initial, les imprévus sont légions 🙂

    Imprévus ? Car l’humain n’a pas le possibilité de tout prévoir, n’est ce pas ? D’autant plus qu’il est esclave de sentiment / et autres choses qui font que son besoin change 😛

    Du coup, je ne parlerai pas d’imprévisible pour cela.

    #6204

    @LittleWhite 4823 wrote:

    Sauf qu’un électronicien pourra vous expliquer le pourquoi. Ce n’est pas de l’imprévu, c’est juste que vous n’avez pas les connaissances nécessaires pour le comprendre (et cela pourrait servir de métaphore).

    Je n’ai pas dit que je ne le sais pas 😛
    Mais le comportement reste quand même erratique, donc même en sachant ce qui se passe et pourquoi, on a quand même des surprises.

    @LittleWhite 4823 wrote:

    Imprévus ? Car l’humain n’a pas le possibilité de tout prévoir, n’est ce pas ? D’autant plus qu’il est esclave de sentiment / et autres choses qui font que son besoin change

    Du coup, je ne parlerai pas d’imprévisible pour cela.

    Alors, on ne parlera d’imprévisible pour rien ? Tout est prévisible puisque tout peut arriver 😉

    #6187

    @guardian 4822 wrote:

    Je ne partage cependant pas ton avis concernant l’absence d’imprévus en informatique. Certes, quelques lignes de code feront toujours la même chose, toutefois il n’y a pas que cela en informatique. Deux exemples simples :
    1)
    2)

    je ne vois pas trop la notion d’imprévu dont je parle, les deux exemples que vous donnez sont mener plutôt à essayer pour voir, vous parlez du travail de l’informaticien qui pour un réparateur (électronicien ou informaticien) consiste à faire des essais et tests pour décider au final quel slot choisir, ou les corrections qu’apporte un programmeur à un logiciel après son utilisation, cependant un médecin ne peut pas garantir la vie ou la mort d’un patient au sein d’une opération, il donne souvent un pourcentage de réussite » l’imprévu est qu’il donne un pourcentage bas et que la personne vit » ou l’inverse! l’imprévu dont je parle est illogique en quelque sorte mais il existe!

    #6205

    Il serait impossible de d’énumérer tous les cas, mais il existe bien un lot d’imprévus dans l’assemblage de PC. Telle carte fonctionne et pas l’autre, telle autre carte fonctionne mais pas avec tel modèle sur le même PC, etc.

    Évidemment, on peut toujours dire que c’est prévisible, qu’il s’agit de défauts techniques, ect.
    N’empêche qu’in situ, l’imprévu est bien présent et ne diffère en rien du cas médical que tu as évoqué. Si le patient meurt alors qu’il aurait du survivre, il y a aussi un « imprévu prévisible », soit un problème annexe, soit une erreur, etc. Les cas sont nombreux où rien ne va comme prévu, mais, en informatique comme ne médecine, il s’agit d’un manque de connaissances ou d’une sous-évaluation des possibilités et non de quelque chose qui n’est absolument pas prévisible. D’ailleurs, comme je l’ai déjà dit je pense, rien n’est réellement imprévisible.

    #6188

    @guardian 4833 wrote:

    Les cas sont nombreux où rien ne va comme prévu, mais, en informatique comme ne médecine, il s’agit d’un manque de connaissances ou d’une sous-évaluation des possibilités et non de quelque chose qui n’est absolument pas prévisible. D’ailleurs, comme je l’ai déjà dit je pense, rien n’est réellement imprévisible.

    je ne partage pas cet avis du fait que la medecine est une science et que l’informatique est un outil.

    La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l’art) étudiant l’organisation du corps humain (anatomie), son fonctionnement normal (physiologie), et cherchant à restaurer la santé par le traitement (thérapie) et la prévention (prophylaxie) des pathologies.

    La science (latin scientia, « connaissance ») est, d’après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l’on sait pour l’avoir appris, ce que l’on tient pour vrai au sens large. L’ensemble de connaissances, d’études d’une valeur universelle, caractérisées par un objet (domaine) et une méthode déterminés, et fondées sur des relations objectives vérifiables [sens restreint] »1.

    L’informatique est le domaine d’activité scientifique, technique et industriel concernant le traitement automatique de l’information par des machines.
    Plus concrètement, ces machines peuvent être des calculateurs, des systèmes embarqués, des ordinateurs, des robots, des automates, etc.

    l’informatique, étant un outil a toujours besoin d’un domaine pour s’exercer, pas de préventions dans l’informatique c’est le domaine qui pose des préventions!

    oui je suis d’accord du fait que l’imprévu dans l’informatique est un manque de connaissances mais pas dans la science non plus, pour la medecine on prévoit par exemple des pathologies mais on a toujours des imprévus comme toutes sciences pour dire qu’un imprévu peut dépasser la logique, pourquoi? c’est bien le sujet de ma question.

10 sujets de 16 à 25 (sur un total de 25)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Fermer le menu