Accueil Forums Détente Histoires drôles Disques durs vs. mémoire flash : une approche psychologique

  • Ce sujet est vide.
5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Auteur
    Messages
  • #115

    Bonjour

    Belle citation …

    Vous ne le savez peut-être pas encore, mais la guerre fait rage. Enfin peut-être pas la guerre, mais une guerre. Les disques durs, honnêtes et peu onéreux supports de stockage dont les doux grésillements bercent nos existences depuis trois décennies, sont sur le déclin. Et comme toujours, c’est la descendance qui vient réclamer son dû en poussant doucement papy dans la pente qui conduit à la maison de retraite.

    Le nom de Brutus 18.gif Mémoires flash. Derrière ce nom de super-héros bas de gamme se cache un support de stockage révolutionnaire, entré dans nos vies par la petite porte ou plutôt par la petite clef, USB en l’occurence. Silencieuses, plus rapides et ne souffrant pas de la fragmentation, les mémoires flash ont tout pour plaire.

    Petit interlude technique qui, je l’espère, vous convaincra définitivement de la supériorité de ces nouvelles venues. Les disques durs stockent l’information à l’aide de têtes qui bougent au bout de bras. Déjà, on nage en plein freak show. Ces têtes vont écrire sur des disques, ou plutôt des plateaux, je n’ai jamais vraiment compris. Ah oui, je ne vous ai pas dit : ces plateaux tournent. Très vite. Tellement vite qu’on se demande par quel miracle ils ne sont pas éjectés de l’ordinateur, poursuivant leur course mortelle à travers les airs pour aller s’enficher dans la chair de l’utilisateur. Et bien c’est parce qu’ils sont maintenus en place par des cylindres. En tout cas, le BIOS de mon PC affirme que mes disques contiennent des cylindres, j’en déduis qu’ils doivent servir à ça.

    Rien de tel avec les mémoires flash : elles n’ont pas de têtes ni de bras mais seulement des doigts, de tous petits doigts qui enfoncent les électrons dans des trous, tout petits également.

    Alors pourquoi tout ne va-t-il pas pour le mieux dans le meilleur des mondes 18.gif Et bien parce que, comme l’a dit le responsable de l’ONU à qui j’avais gracieusement proposé mon plan de résolution de la crise au Proche-Orient (3 pages, Times New Roman taille 16, quadruple interligne, contactez-moi pour en avoir une copie en PDF) : « ce n’est pas si simple ».

    C’est pourquoi, au lieu de se réjouir des incroyables progrès de la technique en brûlant les oeuvres de Heidegger, certains individus désoeuvrés mais dotés d’une connaissance du hardware qui dépasse de loin la mienne (c’est dire !) ont commencé à râler : depuis plusieurs mois, les forums spécialisés voient naître d’interminables trolls dans lesquels les partisans de l’Ancien Régime de Stockage hurlent à qui veut l’entendre que oui, la mémoire flash c’est de la saloperie, le hard drive, il n’y a que ça de vrai.

    Bon. Mais quels sont leurs 12.gifuments, vous demandez-vous 18.gif C’est simple (enfin pas tant que ça, mais on en est plus là) : le nombre de cycles d’écriture d’une mémoire flash est limité. En effet, lorsque le doigt a enfoncé trop souvent l’électron dans le même trou (vous vous souvenez, hein 18.gif C’était trois paragraphes plus haut), les bords de ce dernier sont usés par le frottement. L’électron, qui est rond (les électrons sont ronds, on a tous retenu ça des cours de physique au lycée), va donc rouler hors du trou. Et à chaque trou foutu, c’est un bit de perdu. La capacité mémoire du support est donc condamnée à décliner, et aucun plan Alzheimer n’y pourra rien.

    « Mais alors ils ont raison, c’est de la merde les mémoires flash ! » beuglent déjà ceux de mes lecteurs les plus prompts à retourner leur veste. Ben non. Parce que les disque durs aussi, à l’instar des hommes, des civilisations et des mémoires flash, sont mortels. Et plusieurs études ont d’ailleurs démontré que l’espérance de vie d’une mémoire flash dépasse celle d’un disque dur.

    Alors pourquoi râlent-ils 18.gif De toutes les hypothèses que j’ai lues, celle qui me paraît la plus plausible relève de la psychologie toute simple : le bête syndrome du « c’était mieux avant ». « If the Internet had existed when hard drives were introduced, we would have suffered the same lame complaints. », comme l’a écrit un forumeur sur un site quelconque.

    Pas faux. Après tout, pour qui a grandi à côté d’un disque dur ronronnant doucement, il n’est pas évident de remplacer ce sympathique camarade par un bloc de plastique froid, silencieux et tellement impersonnel. Vous échangeriez un chat contre un robot vous 18.gif Moi non. Sauf bien sûr si c’est un super robot qui passe l’aspirateur dans les endroits difficiles d’accès.

    Mon hypothèse, bien qu’elle repose également sur les mécanismes de la psyché humaine, est d’une toute autre nature.

    Les disques dur et les mémoires flash sont tous deux mortels, certes, mais leur finitude n’est pas du même ordre. Là où un disque dur rendra l’âme le jour maudit où l’une de ses parties mobiles se figera définitivement dans un petit scritch, le déclin de la mémoire flash est programmé : il ne repose pas sur la défaillance imprévisible et toujours ajournable d’un élément mécanique mais est intrinsèque à son fonctionnement. En clair : un disque dur chanceux, même utilisé intensivement, peut durer des décennies – ce n’est pas le cas d’une mémoire flash, dont l’heure du dernier souffle peut être prédite par calcul.

    Là où le disque dur, semblable en cela à l’homme qui sur lui enregistre son travail, prie chaque jour pour qu’aucun de ses organes internes ne l’abandonne, espérant toucher du doigt (enfin de la tête, voir plus haut) l’immortalité – « peut-être serai-je le premier disque dur de l’histoire à ne jamais mourir » -, la mémoire flash s’use à chaque fois que l’on s’en sert. Le résumé de sa tragique condition est écrit noir sur blanc dans un petit manuel d’utilisation rédigé en anglais par un Chinois : « maximum write cycles ». Aucune échappatoire.

    Or les informaticiens sont de grands angoissés, sinon pourquoi passeraient-ils leurs vies à éviter le contact avec leurs semblables pour farmer dans World of Warcraft 18.gif Et qu’il y a-t-il de plus tragique pour un angoissé que de se voir retirer l’espoir vain mais merveilleux de l’immortalité 18.gif

    Tacite a ces mots sur la fin de Pétrone: « sa mort, quoique forcée, semblât être fortuite ». Ainsi en est-il de la mort de nos disques durs. Refusons de nous soumettre au diktat de l’Horloge et continuons à rêver d’éternité, que nous soyons IDE, SATA ou bien même humains.

    Tous ensemble, disons non aux mémoires flash.

    Note de l’auteur :
    Malgré le ton léger de ce post, je suis persuadé que mon explication de la fronde « anti-mémoire flash » est la bonne. Si deviez choisir entre un appareil dont la durée de vie moyenne est de cinq ans (mais qui peut fonctionner au-delà) et un autre dont on vous dit qu’il durera six ans sans une panne mais s’autodétruira de façon certaine à la fin de cette période, lequel acheteriez-vous 18.gif

    #1348

    Très drôle. Ça l’aurait été plus encore si l’auteur avait été cité.

    Tout ça achève de me convaincre qu’il ne faut jamais rien écrire sur Internet.

    #1346

    @Agar0 345 wrote:

    Tout ça achève de me convaincre qu’il ne faut jamais rien écrire sur Internet.

    Pas faux, en même temps on ne peut pas s’empêcher d’écrire sur le net :whistle:

    Bienvenue à toi parmi nous :king:

    #1349

    @nogame 346 wrote:

    Pas faux, en même temps on ne peut pas s’empêcher d’écrire sur le net :whistle:

    Si si, on peut. La preuve, il y a quelques mois, j’ai supprimé mon blog (cafedefaune.com) de la toile. Blog qui non seulement n’était pas sous Creative Commons ou autre licence permissive, mais en plus explicitement protégé par copyright.

    Blog sur lequel, et c’est là où je voulais en venir, se trouvait entre autre ce texte.

    Note bien que je ne te jette pas la pierre, je ne sais pas où tu l’as pompé, ça se trouve il avait déjà été repris ailleurs sans mention de l’interdiction de reproduction.

    Si c’est le cas, d’ailleurs, j’aimerais bien savoir où. Tu pourras sans doute me renseigner.

    #1347

    Ah je vois ce que tu veux dire, il est pas de mot, il a été repris parce que posté par un de nos membres sur notre ancien forum(qui est devenu celui là)

    Justement pour éviter ce genre chose il avait été noté dans notre ancien forum que les citations ou pensées soient quotées. Si je suis l’auteur du post c’est parce qu’en rapatriant les messages de notre ancien forum j’ai oublié de quotter certains. :red:

    C’est une bonne chose que tu sois là pour signaler la chose, si t’en es l’auteur original on peut te l’attribuer sans soucis :good:.

    Je le met tout de même en citation, le temps de vérifier les informations sur l’auteur original 🙂

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.